Les vertus cardinales et les vertus théologales
lexique de la foi chrétienne
La résurrection des hommes et la résurrection de Jésus au centre de la foi chrétienne
La mort , la vision chrétienne de la mort
Le symbole des apotres, de saint athanase, le symbole de césarée, de nicée et de constantinople
Les sacrements baptème eucharistie confirmation mariage confession ordre extreme-onction le sacrement des malades le sacrement de réconciliation
Les liturgies tridentines vatican II orientales ou occidentales
Le calendrier liturgique et les fetes religieuses
Les Evangiles Matthieu Marc Luc et Jean les livres de la nouvelle alliance
La Bible la bibliothèque de la foi chrétienne
Horaires des messes sénart
les églises de Brie Sénart
Ecrivez nous
Les liens vers des sites amis
Une vision chrétienne de la mort

Illustrer un article sur la mort chrétienne avec la photo que vous voyez à droite ne peut se faire qu'avec un minimum d'explications. Cette statue du XVIème siècle s'appelle le "transi de Rene de Chalon" ou plus familièrement le " squelette de Ligier Richier ". Elle est visible dans l'église Saint-Etienne de Bar-Le-Duc. Cette façon hyperréaliste de représenter la mort traduit la peur qu'elle peut inspirer. Mais contrairement aux autres, ce transi est debout et a une certaine allure même dans la mort.
On peut imaginer dans cette statue la représentation des deux aspects de la mort. D'un côté des chairs en putrefaction qui commencent à se dissoudre pour nourrir d'autres vies. De l'autre un bras indifférent à cette décomposition qui tend vers le ciel un coeur intact dans un élan vers la vie éternelle.

D'un côté il y a la nature synonyme de naissance, de finitude, de flétrissure et de décomposition et qui seule permet à l'homme d'exister. Mais la nature est aussi transmission et enrichissement et c'est grâce à la mort. Dieu a soumis l'homme aux contraintes de la nature pour qu'il soit pleinement homme. Quand une étoile meure en explosant, elle sème des molécules qui donneront naissance à d'autres étoiles et à d'autres molécules plus complexes. Elle passe sa vie à synthétiser ce qu'elle va transmettre, elle ne sait faire que cela et elle a un temps qui nous semble infini pour le faire. L'homme, lui, est rattrapé par la mort beaucoup plus rapidement. Heureusement, il pourra utiliser plus tôt son énergie en transmettant des gênes, des idées ou juste une image qui enrichira les autres. Il n'aura pas à attendre sa mort pour le faire mais, s'il transmet , s'il veut laisser une trace, s'il veut aller de l'avant c'est justement parce qu'il sait qu'il va mourir. Sans cela il serait tout à fait capable de ne rien créer. Pour trouver des exemples, pensez à ceux dans votre entourage qui ont la vie devant eux. L'homme n'a à sa disposition que peu de temps mais s'il crée quelque chose c'est justement parce qu'un jour il devient pressé par l'urgence. De plus, il veut croire aussi qu'il y a autre chose que sa nature aussi noble ou aussi fragile soit elle. Il ne peut pas se faire à l'idée que la mort va le transformer simplement en engrais pour ces fleurs qui colorient nos cimetières.

C'est là qu'intervient le symbole du bras dont les chairs sont en lambeaux et qui tend un coeur intact vers le ciel. Les chrétiens voient dans la mort un passage vers la vie éternelle, vers la rencontre avec Dieu le père. Cela peut sembler étrange de l'écrire mais tout le monde croit à la vie éternelle, les chrétiens sont juste un peu plus sincères que les autres. Quand un parent se reconnait dans son enfant, il est rassuré par le sentiment d'avoir repoussé un peu la mort en créant quelqu'un qui le prolonge. Quand un scientifique construit une théorie c'est avec le secret espoir que son nom soit inscrit dans les mémoires d'un maximum de gens. On dit parfois qu'on ne meure vraiment que quand plus personne ne prononce votre nom. C'est ce qui explique qu'on fasse autant d'effort pour que ce nom reste dans les mémoires.

Cette opposition entre la chair en lambeau et le coeur intact ne correspond pas à l'opposition classique entre le corps soumis à la mort et l'âme immortelle.
Elle marque plutôt l'opposition entre l'homme mortel quand il est intégré à la nature et l'homme dans la vie éternelle là ou il y aura toujours Dieu pour prononcer son nom.

Pour poursuivre cette réflexion sur la mort chrétienne je vous propose de lire le texte du catéchisme de l'Eglise Catholique en cliquant ICI . On lira aussi avec profit le Sermon sur la mort de Bossuet.

Vision de la mort chrétienne - Le Squelette de Ligier Richier - Tombe de René de Chalon Eglise Saint Etienne Bar le Duc

fait bien voir par une certaine vigueur qu' il ne tient pas tout entier à la matière et qu' il est comme attaché par sa pointe à quelque principe plus haut

Sermon sur la mort. Bossuet

 

Sermon sur la mort - Jacques Bénigne Bossuet